De la grossesse à la Doula: mon voyage vers l’accompagnement bienveillant

Nov 20, 2023

Ma première grossesse

Ma grossesse a été incroyable malgré la charge de travail. Aucun symptôme en début de grossesse, un peu plus vers la fin, j’ai continué la danse jusqu’au 7ème mois de grossesse, et même déménagé dans mon nouveau cocon(ma maison) quelques semaines avant d’accoucher.

J’ai donné naissance à 37 semaines d’aménorrhée à mon petit garçon, en clinique privé, dans une belle chambre avec option, et la péridurale pour m’accompagner dans cette étape.

Nous sommes restés 10 jours en néonatalité, le temps qu’il atterrisse dans notre monde et que la jaunisse ne passe. J’ai donc passé le 25 décembre à l’hôpital, quel beau cadeau de Noël.

Mon post partum a été super, bébé collé à moi ou en portage, je cuisinais et j’ai repris le sport après 3 mois.

Ma seconde grossesse

J’avais toujours eu l’envie d’avoir deux enfants rapprochés, avant même que le premier naisse.

Je suis retournée au travail et je me suis retrouvée enceinte de ma deuxième crevette. Fin janvier au début de ma grossesse, ma sage-femme a dû m’arrêté pour un burn-out. Je ne m’épanouissais plus professionnellement, je n’avais plus le gout à ce que je faisais, c’était quelque chose que je savais faire mais que je n’aimais plus faire et là j’ai entrepris un bilan de compétence.

Au cours de ma grossesse j’ai dû faire face au décès d’une personne chère à mon cœur. J’ai rapidement eu des maux de grossesse : remontée acide, mal de dos, douleur liée à une symphyse pubienne, etc.

Au cours de cette grossesse je voulais accoucher autrement, mon rêve était d’accoucher dans l’eau, que mon bébé arrive dans ce monde en douceur : lumière tamisée, rester dans un milieu aquatique, de la musique, ressentir les sensations d’accouchement.

La Découverte de l’HypnoNaissance® et du Métier de Doula:

J’ai découvert alors, l’HypnoNaissance®, qui permet d’accoucher dans l’eau sans péridurale.

J’ai accouché en juin et le jour J, je me suis mise en état d’autohypnose, mon conjoint près de moi m’aidant à libérer des endorphines (200 fois plus puissante que la morphine). J’ai vécu mon rêve, accueillir mon bébé dans l’eau, tout était magique.

Et pourtant… de retour à la maison, nous avions anticipé les repas près à l’avance, j’avais prévu de vivre ce qu’on appelle le mois d’or : rester lové contre mon bébé dans mon lit. Toutefois, je n’ai pas réussi, mon ainé avait besoin de sa maman, je me sentais tiraillé, je ne voulais pas qu’il puisse se dire que je l’abandonne.

Ayant accouché au début de l’été, nous avions prévu, un mois plus tard, de parcourir la France pour les vacances.

C’est à ce moment-là que je pense avoir fait face à la dépression du post partum. J’étais fatiguée, je n’arrivais pas à gérer la maison, les enfants, aspiré dans une spirale infernale. Et j’ai compris que j’aurais dû avoir besoin d’une doula.

Et c’est à ce moment-là que ce métier à pris tout son sens pour moi. C’est à cet instant que l’on peut parler d’introspection qu’il a certaines choses qui sont ressorties qui ont toujours été là en moi, et j’ai découvert le métier de doula. Je voulais arriver dans la vie d’une personne pour un moment heureux, ça m’a fait penser au wedding planer etc…

Et comme j’adorais les femmes enceintes, que j’ai toujours aimé la grossesse, être doula est devenu une évidence. J’ai dressé la liste de tout ce que je voulais faire et qui été important pour moi :

  • Organier des évènements,
  • Avoir mon propre cabinet,
  • Pouvoir accompagner des femmes

Mon petit côté féministe m’a fait rendre compte que je cochais les cases de la doula. En parallèle de ce bilan de compétence étant déjà enceinte, il fallait que je me prépare à l’accouchement et j’avais envie d’accoucher dans l’eau. J’ai découvert hypno naissance. J’ai trouvé mon hypnothérapeute, et lui ai dit « je veux faire mon hypno naissance avec vous, mais je veux aussi exercer votre métier, je vous poserai donc des questions en rapport avec ce métier ».

J’ai également posé des questions à d’autres personnes exerçant les métiers de doula et d’hypno naissance. Et j’ai appris que les outils pour exercer l’hypno naissance ont un léger rapport avec l’Hypnose, il était donc indispensable pour moi de me former également à l’hypnose. C’est pour cela que je me suis dit que je devais également me former à l’hypnose.

Comme une évidence

Dans mon tempérament, je ne fais pas les choses à moitié et je vais au bout de ce que j’ai entrepris.

J’ai donc décidé, d’être hypnothérapeute. Ce qui m’a également convaincu, c’est qu’il est difficile de vivre juste du métier de doula, il me fallait donc un deuxième métier pour pouvoir vraiment vivre de mon activité. Il a donc été évident pour moi d’être hypnothérapeute. Pendant mes séances d’HypnoNaissance®, il y a des choses qui sont remontées et on s’est rendu compte et mon conjoint aussi avait besoin de travailler sur son passé.
Il a donc entrepris également des séances et d’hypnose. En lien avec l’accompagnement d’HypnoNaissance® on s’est aperçu qu’il y avait des évènements ou des histoires qui pouvaient ressortir auxquelles on ne s’attendait pas et que l’on avait complétement occulté. L’hypnothérapeute est donc là pour gérer cela.

En restant uniquement éducatrice hypno-naissance et doula, il aurait fallu que je redirige mes patients vers un hypnothérapeute alors qu’en me spécialisant en hypnose, je peux les accompagner du début à la fin.

Entrons en contact

Decouvrez les avantages de l'HypnoNaissance® et bénéficiez de l'expertise d'une professionnelle polyvalente, alliant les compétences de Doula, Hypnothérapeute et spécialiste de l'accompagnements des couples dans les Yvelines (Thoiry, Versailles, Plaisir...)

Contactez-moi pour échanger sur vos besoins spécifiques et collaborons ensemble à la création d'un projet entièrement adapté à vos souhaits.

Mon dévouement se concentre sur l'écoute et votre bien-être.

N'hésitez pas à vous engager dans cette merveilleuse aventure en prenant contact dès maintenant !

Biennaitre_avec_jenny

4 + 2 =